Single Blog Title

This is a single blog caption

What the phoque – Une anecdote culinaire savoureuse.

Une des choses que je préfère le plus lorsque je suis en voyage, c’est espionner les conversations des autres touristes. Bon, j’avoue, c’est quand même nice espionner les conversations des gens même à Montréal… Je ne sais pas si c’est ma nature extrêmement curieuse, où si c’est parce que j’aime vraiment me faire des histoires complètement folles où tout le monde a quelque chose de juteux à cacher. Bref, le plaisir est décuplé lorsque lesdites personnes espionnées parlent français et, avec insouciance, on assumé que toi tu parlais probablement l’anglais ou l’espagnol.

Sur la petite île vietnamienne de Phu Quoc, on est tombés sur un couple de Québécois dans la 60aine que nous appellerons Ginette et Gaétan. Un copié/collé des Bougons en vacances. Le couple nous avait précédemment régalé, au buffet-déjeuner-gratuit de notre hôtel, de leurs commentaires sur tout et rien, mais c’est en après-midi qu’ils nous ont servi la pièce de résistance.

On était quelques-uns à profiter des derniers rayons du soleil sur le bord de la piscine de notre hôtel, lorsque G&G se sont pointé le bout du nez. Lui, une cigarette qui semblait tenir par magie au bout de ses lèvres, elle qui se mit immédiatement en position de plongeon avec l’assurance de Michael Phelps qui s’apprête à nager un 500 mètres.

J’observe le couple par-dessus mon livre, je sens que la scène va être croustillante. Assurément, notre couple ne déçoit pas. Ginette s’élance avec ce qui devait être l’intention d’un plongeon de calibre olympique, mais frappe la surface avec la force et la grâce d’une chaise longue pognée dans un ouragan en Floride.

Le son du flat se répercute sur les murs de l’hôtel et tout le monde sursaute au son de l’impact. Un couple qui était juste à côté se retrouve complètement mouillé. Je m’attends à voir Ginette surgir de l’eau un peu gênée, mais il n’en est rien. Lorsque cette dernière émerge, elle barbote en direction de Gaétan, visiblement fière de sa prouesse.

Elle reste donc assez surprise lorsque notre Gaétan lui dit: “ Ginette tu les as toutes arrosés maudit!

• HEN?! Ben non comment ça? lui répond Ginette surprise.”

Et notre Gaétan de lui expliquer très sérieusement à l’aide de ses mains:

“Tu vois Ginette, toi tu penses que tu plonges comme ça, sa main mime un mouvement gracieux de plongeon qui pénètre l’eau. Mais en fait tu plonges comme ça, sa main frappe son autre main pour mimer un flat.”

Quelques moments plus tard, nos deux tourtereaux qui pataugent dans l’eau se lancent sur une discussion culinaire:  “Lucie (probablement leur fille) m’a dit qu’il y avait un super bon resto indien à Can Tho, dit Ginette à Gaétan.

• Ah oui? On pourrait aller l’essayer!

• T’es sérieux? de répondre Ginette

• Oui, oui! L’indien j’aime ça, lui dit Gaétan.

• Pourtant t’aimes pas ben ben ça les épices d’habitude. Lui dit Ginette un brin incrédule.

• J’ai mangé un plat super bon l’autre fois, c’était quoi donc le nom?

• Euhh, je sais pas, du poulet au beurre peut-être? de lui répondre Ginette.

• Du poulet au beurre? Non yash!  répond Gaétan dégoûté.

• C’est bon du poulet au beurre…

• Non, non, le nom était spécial là… chaa, hmmm, de chercher Gaétan

• Poulet Korma? Des Samossas? Pains Naans? de chercher de plus belle notre Ginette.

• Non, non. En tout cas, c’était bon en maudit!

• Ah j’en doute pas, moi j’aime ça l’Indien.

• …Ce qui font c’est qu’ils font bouillir du phoque, pis la ils enlèvent le phoque parce que l’eau elle devient bien que trop grasse. Après ça, ils font bouillir des patates pis des navets. Ils mélangent tout ça ensemble, mais ils mettent pas ben ben d’épices juste un p’tit peu. Eye, c’est bon en tabarouette!  de lui expliquer Gaétan enthousiaste.

• Hen?! Ben voyons Gaétan, ils mangent pas de phoque en Inde!!

• En Inde? Comment ça en Inde? J’pensais qu’on parlait d’Indiens.

• Ben oui Gaétan les Indiens, pas les Amérindiens, bâtard!”

Dé-li-cieux. Comme quoi on peut faire 25 heures d’avion, prendre des autobus un peu shady, pour finir sur une petite île d’Asie au bout du monde, la maison ne reste jamais bien loin. Étrangement, je trouve qu’il ya quelque chose de rassurant là-dedans! De plus, je dois dire que je trouve ça beau de voir un couple comme Ginette et Gaétan se mettre au défi de voyager dans des pays qui les sortent à coup sûr de leur zone de confort.

À vos prochains voyages et futures découvertes culinaires G&G!

Laisser une réponse